jeudi 8 novembre 2018

La Désirade IV est vendue !!!...


Ca y est … 

c’est avec un petit pincement au cœur que nous avons vendu notre 
Biloup 30 « La Désirade » 
finalisée le Samedi 15 de ce Mois.

Bon vent à Olivier et Hélène les nouveaux Propriétaires !!!...

ALAIN





Le Blog de la Désirade, sera toujours accessible en ligne ...

jeudi 6 septembre 2018

2018-CR Rassemblement St Martin de Ré


Cette année le rassemblement des Bi-Loups a lieu à Saint Martin de Ré. Notre Président Gérard Lefebve est l’organisateur des 2 journées que nous allons passer dans ce lieu mythique par son histoire, sa citadelle et l’originalité de son port.

Pêcheur de Rêves avec son équipage au grand complet : Armelle, Catherine, Philippe et Gildas s’apprêtent à quitter le port de Vannes le lundi 11 juin en fin d’après-midi pour passer la soirée et la nuit dans ce petit paradis qu’est l’ile Hoëdic, avant de rejoindre les copains dans le Pertuis Breton. Il n’en sera rien, les pluies diluviennes nous forcent à retarder notre départ au lendemain.

Mardi 12 juin

A 8 heures nous larguons les amarres. Tournant le dos à la porte Saint Vincent, Pêcheur de Rêves glisse lentement vers la sortie. Cela fait des années que nous naviguons dans ces eaux et nous sommes toujours sous le charme de ces lieux de toute beauté. Sur la rive gauche de la rivière de Vannes la nature à été préservée, le long de la rive droite une forte activité s’est développée : le port maritime d’où partent les nombreux bateaux pour rejoindre les îles du Golfe et ceux de la baie de Quiberon, puis les chantiers nautiques où des monstres attendent d’être mis à l’eau. Devant nous sur bâbord  nait la rivière de Sené, sauvage et sur tribord celle de Conleau avec ses centaines de bateaux alignés les uns derrières les autres sur plusieurs lignes. A la sortie du «  S » à gauche : Port Anna. Petit port encore en activité, au milieu des bateaux de pêche on distingue  3 Sinagots, vieux gréements qui étaient en activité au début du siècle dernier dans le Golfe et la baie de Quiberon.

Un fois Roguesdas  passée, on aperçoit sur la gauche l’île d’Arz si chère aux Rougier, ils y ont leur nid. Sur la droit Penboch, sa chapelle et son centre spirituel ignatien. Sur bâbord les 2 Logodens avec leur banc de sable qui relie les 2 îles à marée basse. Plus loin le clocher d’Arradon qui domine sur les hauteurs.

Ah ! Le passage de la truie (banc de roches) entre la pointe d’Arradon et la pointe du Trech (île aux Moines) où de nombreux plaisanciers distraits ou peu respectueux des balisages se sont « plantés » et ont dû attendre la marée suivante. Direction Port blanc, on remonte entre le port de l’île aux Moines et l’île d’Irus, on laisse à bâbord les Réchauds mauvais tas de cailloux mais bien signalé par ses 2 perches. On rentre dans la baie de Kerdelan elle est large et calme, petit moment de répit avant d’aller jouer dans le courant de la jument qui se prolonge jusqu'à la sortie du Golfe. Le début du courant est délimité par l’île de la Jument et l’île Berder.

Un peu d’histoire : L’île de la Jument propriété du Commandant Desforges, ce dernier était chargé par Londres de coordonner les réseaux de résistance du Morbihan pendant la dernière guerre. Un grand nombre de garçons et filles y séjournèrent avant de rejoindre les unités auxquels ils étaient affectés. En 1942 les allemands y débarquèrent et envoyèrent en déportation la population qui était présente sur l’île. En face l’île Berder, propriété du Comte Arthur Dillon, l’un des soutiens du Général Boulanger, ruiné  il vendit l’île à la Duchesse d’Uzès qui la céda aux petites sœurs de Saint François. En 1991 l’île passa entre les mains de promoteurs. Il est prévu pour 2020 la construction d’un hôtel de luxe et d’un pont pour y accéder. La petite route dégagée à marée basse va disparaitre.

Après, sur la droite nous avons Gavrinis et son tumulus, l’île Longue, la rivière d’Auray et la sortie entre Locmariaquer et Port Navalo.

Il faudra organiser un rassemblement dans le Golfe du Morbihan, les ports et les mouillages sont nombreux, le cadre est magnifique et chargé d’histoire.
 

                                                 Le soir nous sommes à l’Herbaudière.

Mercredi 12 juin : Port Joinville, nous y retrouvons Baggam, Gilles et son équipier Yves viendront diner à bord de Pêcheur de Rêves.

Jeudi 13 juin Nous croisons Loubrial d’Alain et Brigitte venus à notre rencontre. Les 3 bateaux seront côte à côte au  port Garnier des Sables d’Olonne.

Vendredi 14 juin : Sous vent faible la flottille des 3 Bi-Loups rejoindra Saint Martin de Ré et au fond du port ira s’amarrer au milieu des autres bateaux du rassemblement. Ainsi, Jad, La Désirade, Tranquilou, La Déferlante, Lucile, Pêcheur de rêves, Admanima, Louprial, Baggam se sont retrouvés, accompagnés de bateaux amis, Coquepitre et Rara Avis : bref 11 bateaux en tout. Chtit Luma a du arrêter sa progression vers St Martin, son équipier s’étant blessé au genou lors de son escale à Noirmoutier. Nous lui souhaitons tous un prompt rétablissement.

 
C’était plaisant de voir les Biloup regroupés dans le fond du port à flots. Il y a des gros Biloup et des plus petits. Partout, l’île de Ré est fleurie par les roses trémières.

La guide pour la visite des fortifications nous en a beaucoup appris sur Vauban et l’architecture de défense.

 Le port est beau à voir de jour, mais également en soirée.

Le soir tous réunis dans l’avant port, pour le 1er pot, la boisson coule à flot, le vent qui s’est levé, nous chatouille les frimousses. Après une présentation des équipages, Gérard nous informe des modalités du programme  des 2 jours à venir. Les 4 bourguignonnes du groupe entament des chansons chères à leur région.

Samedi 15 juin : Le matin quartier libre, nous en profitons pour nous promener dans les ruelles de la vieille ville. Les femmes trouvent leur bonheur en chinant devant les échoppes à la recherche du trésor unique ! L’après-midi, on se retrouve tous pour la visite guidée des remparts (quel génie ce Vauban). Le soir l’apéro sera agrémenté par le foie de lotte de Josiane et les fromages de chèvre sur un lit d’huile d’olive et une nappe de poivre que nous a préparés Jean-Michel. 

Dimanche 16 juin : Randonnée vélo, départ 9 heures, cette année les vélos électriques sont de mise pour beaucoup d’entre nous. Direction la Flotte, où nous ferons un petit passage par son marché atypique avant de se retrouver le long de la grève pour un pique nique cocasse, avec dégustation d’huitres de façon copieuse, échange de produits  régionaux et accompagné des diverses bouteilles emportées secrètement par les uns et les autres comme éléments indispensables pour un déjeuner convivial. On se rassemble, on se serre, sur les bancs de l’établissement de l’autre côté de la route pour un café. Un petit groupe entame quelques chants, accompagné de Philippe à l’harmonica. 

On était bien, mais les rendez-vous pour le musée et la visite des vieux gréements des Pertuis n’attendent pas.

Après la visite, quelques uns d’entre nous iront jusqu’à l’ancienne abbaye des Chateliers, créée au XIIème siècle par les moines cisterciens… Tiens, encore une évocation de la Bourgogne ! Certains couples en ont profité pour sceller leur Amour par un baiser !!!...

Le soir, nous nous retrouvons pour le  diner traditionnel de clôture. avec la  chorale des Biloutiers est le dernier moment partagé ensemble.

Le retour en flottille : La Désirade, Pêcheur de Reves, Jad et Bagam se sont retrouvés chaque soir pendant trois jours dans un Port différent, autour d'un apéritif dinatoire organisé sur le ponton et relativement copieux.
Chaque équipage présentant sa recette de cuisson des poissons, pêchés à la traine, faisant saliver les gens de passage !!!... 

Les bateaux de la flottille se sont séparés naturellement en fonction de sa destination et de son port d'attache, mais on est bien tous d’accord pour se retrouver l’année prochaine en 2019.

KENAVO

Gildas



(Cliquer sur les 3 points verticaux, puis sur Diaporama)

 
      
 

lundi 25 septembre 2017

Rassemblement BBC à l'Aber Wrac'h du 22 au 25 Juin 2017


 
Cette année les Biloups avaient prévu de se retrouver à l’Aber Wrac’h, avec comme programme, la visite de sa rivière, de l’Aber Benoit et le Phare de l’ile Vierge.


Le lundi19 juin, nous devions retrouver à Lesconil, La Désirade et Jad en provenance de Port la Forêt, Bagam de la Trinité et Pêcheur de rêves de Conleau. 
Les 4 bateaux sont au rendez-vous.
Un traditionnel pot sur le ponton et un dîner tous ensemble à la cantine (restaurant sur le port) . 
On passera une soirée sympa tous très contents de se retrouver. 




Mardi 20 Lesconil/Sainte-Evette.
Départ à 7h au moteur, sans vent, dans le brouillard, route vers Sainte-Evette où l’on doit retrouver Janaïna.





Après le passage  de la pointe de Penmarc’h le ciel se dégagea et un petit vent nous permit de hisser les voiles. 


A hauteur  de Saint Guénolé, nous avons eu la chance d’avoir des compagnons de route, une cinquantaine de dauphins nous firent la fête avec des ballets en tout genre. Cela dura près d’une demi-heure. 

A  Sainte-Evette, le traditionnel apéro du soir se fit sur " Baggam " le pauvre bateau a dû se demander ce qui lui arrivait " 11 personnes à bord, le verre à la main " 







Philippe et Armelle seront les seuls à se baigner

Mercredi 21  Sainte-Evette/Camaret ;

 
Départ 7h. Dans  le brouillard au moteur (visibilité 50m), jusqu’au chenal du Toulinguet où l’on put de nouveau hisser les voiles pour arriver sur Camaret. (Pour cette étape lire les aventures de Michel pour en savoir plus).



Jeudi 22 Camaret/Aber Wrac'h : Très beau temps, mais petite brise ...



  
Ponton de l'Aber Wrac'h

Vendredi 23  le matin :
 La remontée de l’Aber-Wrac’h et de l’Aber Benoit, si différentes… l’une austère, sauvage, encaissée, bordée de petites anses, où  apparait à travers la brume un trois mats (Le Bel Espoir du Père Jaouen), caché comme au temps des corsaires, 



l’autre plate couverte de grands bancs de sable, rayonnante, donnant l’impression d’un petit paradis. Les deux mettent à profit leurs longues berges pour étendre leurs parcs ostréicoles.





 L’après-midi, on embarque de nouveau sur la vedette rapide pour la visite du phare de l’ile Vierge, le plus haut d’Europe. De sa tourelle la vue est magnifique,  les photos prises en témoignent et je manque de mots pour  les décrire.  Il faut les monter ces 397 marches !  C’est un spectacle  de voir se lancer ces escaladeurs à l’assaut de ce colimaçon. Les plus gaillards attaquent de pied ferme, les autres font des étapes régulièrement pour retrouver leur souffle. 





La descente vaut aussi son pesant d’or, là ce n’est plus le souffle qui est en manque mais le craquement des genoux, l’arthrose de hanche, le mal de dos… qui vous rappellent que si le spectacle est sublime, pour le mériter il faut payer de sa personne. Avant de reprendre le bateau les quelques minutes sur l’Ile au milieu de cette nature  si belle sont un moment de bonheur.



Pendant le trajet un petit détour au milieu des rochers nous  permit  de contempler des phoques gris en pleine sieste.


 Samedi 24  Journée calme avec pour midi un déjeuner commun sous forme «  d’huitres partie ». Une caisse de 31 douzaines d’huitres n°3, de quoi  permettre aux débutants de se lancer dans la bagarre avec des coquilles réfractaires  qui ne veulent  pas se laisser faire et aux initiés de s’en donner à cœur joie. Une belle tablée dans la salle de l’UCPA  de l’Aber-Wrac’h, huitres et vin firent leurs effets et les chants marins finirent d’égayer notre chaleureuse assemblée.





 
Le soir, le traditionnel diner au restaurant  "le Captain" clôtura nos 2 jours d’amitié.



 Dimanche 25  Séparation des flottilles pour les uns  vers le nord et  pour les autres un objectif Camaret où l’on doit retrouver nos amis de l’ANPLF qui remontent de Port la Forêt pour dîner et passer la soirée ensemble, avant de reprendre chacun sa route.


Elle sont rares ces rencontres !...







Merci à "Eol Ar Mor" pour la conception de sa carte postale